Archives pour la catégorie PRESENTATION

Identité artistique

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque, à te regarder, ils s’habitueront »
René Char

F’riù,

Coule de source,
Fait feu de toute loi, de toute langue, de toute frontière,
Se joue des digues, des rives dingues qui l’enserrent,
S’infiltre dans les blindages,
Traverse les terrains vagues,
En fait jaillir le sel et la sève.

Danser pour pétrir la violence, les violences, en soi, alentours…,
En garder l’énergie, la transfigurer en mouvement, en présence.
Tension et attention au monde.
Ne pas imploser mais explorer.

Transformer l’énergie en jeu, en mouvement magique.
Décaler, écarquiller les yeux des enfants, s’infiltrer dans les failles, les flaques,
Attraper le reflet de la lumière, la poésie, résonner,
Danser.

Sources/ressources

F’Riù rencontre en 2000 un des précurseurs du hip hop français, Sodapop formé auprès des premiers danseurs américains venus à Paris en 1983.

Deux ans de formation avide et intensive laissent une empreinte sur sa gestuelle de prédilection : le poppin’, le ralenti, la robotique, le boogaloo. Elle se forme depuis à toutes les techniques de danse hip hop, découvre aussi les claquettes, le mime et la danse Buto.
Elle entame en parallèle une réflexion sur la danse hip hop par le biais d’un cursus en sociologie qui aboutira à la rédaction de 2 mémoires de recherche.
- « Sodapop, sociologie d’un danseur hip hop » – « Formation artistique et pédagogique et danse hip hop : le choc des dispositions ».

A partir de 2004, f’Riù participe à des formations pour formateur en danse hip hop notamment au Centre National de la Danse à Lyon. Elle y découvre l’analyse du mouvement dansé qui l’amènera à se former à la technique FM Alexander.
Riche de ces années d’apprentissage et de pratique, elle s’engage à partir de 2006 dans un travail de transmission et de création artistique : danse, chorégraphie, recherche, pédagogie…

Elle crée Solo-Gorizia en 2006 et participe à des projets au croisement des arts : collaboration avec des musiciens de l’Orchestre national de Lyon ; interprète pour la réalisation d’un court métrage ; interprète dans Ce Ciel Si Ciel avec un Slameur et une chanteuse algérienne ; chorégraphe du spectacle mélant théâtre, danse et vidéo « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes » de l’Atelier du Désordre en 2008.

A ses heures perdues, f’Riù s’entraîne à la boxe anglaise, s’essaie à la langue arabe, organise des rencontres entre la science et le cinéma (festival A Nous de Voir)…